Rencontre

4 août 2019

Nouvelles

        -                     Oh ! Oh ! on s’agite là-haut ! Otez les bleus de travail ! Vaille que vaille, tous en tenue de gala, on peut avoir besoin de nous ! Nouez cravates, enfilez costumes, déodorisez aisselles, peignez cheveux raie au milieu et ne mettez pas trop de gel sur le flagelle, ça ralentit le déplacement !

 

Mentalement, chacun remet en place la démarche donnée par le mémento : « Tôt, dès les prémices, se tenir prêt, oreilles rentrées et flagelle dans l’exact prolongement de l’axe nasal ».

Altiers, les spermatos, tous rangés en cohortes équilatérales, par garnisons de deux cent mille. Militaire l’organisation puisqu’il faut vaincre ou périr. Rire n’est plus de mise, se concentrer est nécessaire. Sermonnés par la hiérarchie, tous sont au garde à vous. Voués au hasard, à la loterie biologique. Iconoclaste l’instant. Tant attendu. Dûment représenté par l’image mentale que chacun peut s’en faire. Errements ineffables. Ablation inextricable des certitudes…

 

Dehors, Héraclite s’abandonne à sa flamme. Ame sens dessus dessous. Soupirs et spasmes mêlés, il laisse flâner sa main sous la poitrine rebondie d’Iphigénie. Génitales, ses pensées du moment, telles des bourrasques soudaines gonflant les voiles de son désir. Irrationnelles, les envies les plus folles se bousculent à ses tempes. Tempête alors, sur la célérité du rythme cardiaque, une sourde bronca gutturale. Râles sonores ponctuent l’intimité grandissante des caresses.

Est-ce la sonorité de l’approche, est-ce la hardiesse de la main, mais soudain, c’est au niveau du bas ventre que vient se loger l’encéphale. Fallacieuse, elle laisse entrevoir une villégiature mentale. Talismanique, elle invoque une douleur, lointaine d’abord, puis plus proche, aux confins des viscères.

 

Serrés les uns contre les autres autour de la corbeille, dans leur palais Brongniart inextricable, les mercenaires de galas tressautent de concert. Serviles, les doutes défilent, les craintes se succèdent, les incertitudes passent. Asservi par la tâche à accomplir, chacun se fait une raison. On le sait, il n’y aura qu’un vainqueur. Cœur vaillant, tout est possible, l’espoir de survivre comme l’angoisse de mourir.

 

Irrésistiblement, là-haut, Iphigénie se pâme. Amétrope, dans ses vapeurs d’avenir, elle ne distingue plus que le périscope aimé. Métamorphosé, il dresse à ses cuisses en feu le fruit tant attendu. Dur, l’instant. Tendu vers le désir tonitruant d’engloutir l’océan.

Anxieux dans leur montée d’adrénaline, les spermatos estiment leurs chances. Encéphaliques calculs qui s’agitent au cœur des instincts. Insupportable promiscuité des compétiteurs. Heurts d’épaules, œillades assassines, voire ironiques, relaxation des cuisses.

        -                     Hisse-toi vers l’avant, s’intime Bobby-Spermato dans un regain de compétitivité.

 

Têtu, il joue du torse et du bassin. S’insinue subrepticement vers la pointe de la cohorte, malgré les récriminations. Ion libre, il avance vers la pole-position, celle qui permet de libérer le sprint illico le coup d’envoi donné. Négligemment, il déploie son parachute, celui qu’il a bricolé des heures durant. Rangé sous sa tunique d’apparat, il était resté insoupçonné jusque-là. Large, aux dimensions du canal urinaire, de grillage sommaire façonné de tissus musculaires, il doit s’immobiliser dès l’issue de la verge et propulser Bobby-Spermato vers l’ovule ami, sinon aimé.

        -                     Mes zigues, fanfaronne Bobby-Spermato, je m’y rends et ne meurs pas !

 

Pas loin, à l’autre bout du tunnel de lancement, ça tambourine dur. Urgence, chez Héraclite. Clitoris envieux du côté d’Iphigénie. Génitales palabres, sexe contre sexe. Expectoration vocale du plaisir. Irrésistible montée du râle. Altruistes incohérences langagières…

Hiératique, le désir d’Héraclite s’accroît. Croisade martelée dans un cratère éruptif. Typhus sensoriel en arme.

 

Menaçant, le revolver du starter se soulève. Evanescent décompte de rigueur. Heurts dans la horde. Hors de lui, Bobby-Spermato, campé sur la pointe de son flagelle, attend fébrilement l’explosion libératrice…

 

HISTORIQUE, SON DEMARRAGE ! Rageur, supersonique, dès l’ordre donné ! Nez au vent, il fracasse la rampe de lancement et sent subrepticement que son parachute va céder. Débarrassé de sa grille anti-concurrence, il s’élance tête baissée vers le clitoris. Risque sans hésiter une traversée sans éclairage du vagin.

Incapables d’avancer, ses congénères écrasés par la masse des cohortes de deux cent mille empilées succombent les uns  après les autres. Autrement dit, l’hallali d’Héraclite, aussi bien que les trilles d’Iphigénie sont désormais inutiles. Illicites…

Sitôt les manifestations extérieures apaisées, Boby-Spermato s’extrait du canal utérin, traverse telle une météorite l’utérus et débouche ventre à terre, dans le grand pavillon des trompes de Fallope. Opérationnel, il cherche, de la vue comme de l’odorat, la présence de l’alter ego. Egoïste, il n’a pas disqualifié la totalité de la concurrence pour terminer dans un désert, quand même !

Aimante, Iphigénovule, légère et court vêtue, minaude de tout son gamète haploïde pour attirer son fourbisseur de zygote.

Hautement secoué par la célérité du voyage, Bobby-Spermato n’a pas encore ouvert les yeux. Heureux, il tourne, à la vitesse du son dans les ovaires glaires inhospitaliers. Herbeuse et parsemée d’impuretés ciliaires la piste ressemble à une piste de luge d’été. Hétérogènes, les tissus ralentissent la course du spermato pionnier.  Nier le plaisir du moment serait purement inopiné. Nez au vent, Bobby jette d’abord un œil, puis un second.

Gondolée par les secousses réitérées, l’image promise s’affiche à son regard irrité par la vitesse. Esquisse de sourire de la part d’icelle, esquisse de rapprochement de la part d’icelui.

Lui rame et elle attend. Attentionnée, elle patiente, elle minaude toujours, sur son ovule offert. Hertzien, Bobby compte sur les sinusoïdes magnétiques de son sex-appeal pour atteindre le rivage. Vagin contracté, elle attend, sereine, quand soudain, Bobby-Spermato vient s’exploser les prémolaires sur sa carapace. Assez secouée, Iphigénovule, soupire, ravie de sa nouvelle existence. En ce conciliabule chromosomique s’entame sa partition future. Repu, Robinson-Bobby-Spermato se dissout sur sa plage d’arrivée. Rivée au sentiment d’absorption et de bonheur qui l’envahissent, Iphigénovule est à deux doigts de se liquéfier. Fière et émerveillée, elle se sait désormais deux en une, et ne sera plus qu’avenir…

Cette nouvelle a obtenu le prix de l’humour au concours de poésie 2015 de la ville de Morestel

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004