Senanque

11 août 2019

Poésies, Traces

Oisive, la Sénancole somnolait, son silence posé sur le ventre.

Elle séduisit un jour des moines blancs venus en nombre apostolique. Assis à l’aplomb de cette clairière capitulaire, ils dessinèrent une aube à leurs projets de plénitude :

-          Bernard aimait les vallées, murmura l’un d’eux.

-          Bruno voulait le désert, chuchota un deuxième.

-          Le terre est sévère mais arable, affirma un troisième.

Puis il y eut un long silence qui scella lentement la destinée du groupe. Ils rendirent grâce à Dieu de les avoir conduit ici.

Arpèges romans sur fond d’ascétisme cistercien, l’abbaye prit forme. Pierre après pierre, elle vint offrir un écrin à leur lieu de prière, de travail et de dénuement. Imprenable pour le mécréant, humanisé d’une abside solitaire, le cocon se referma lentement sur son église, son cloître et ses abris monastiques. Seule la lumière céleste, par les étroites ouvertures de la façade, s’inviterait désormais dans ce havre de recueillements.

Travail et prière étroitement mêlés dans le sable temporel glisseraient sur les siècles. Seul le lavandin, à la belle saison, éveillerait le vallon austère.

 

Nous parvînmes à midi, un jour ensoleillé, à la porte de l’église. Une cloche indifférente lança un appel non négociable qui nous poussa vers l’intérieur.

Bien que nue, la nef semblait joyeuse, calfeutrée sous un chant grégorien à onze voix qui caressait la voûte du transept et les modestes vitraux accrochés aux parois grisâtres. Le soleil, par feulements, s’invita par l’un d’eux et vint déposer une lumière vivace au  centre du cercle monastique. A la fin du chant, il avait déjà fui. Le tintement de la cloche tenta de le rappeler en vain tandis que le chœur se vidait en silence.

Encore vêtus de la noblesse du moment, nous restions immobiles. Le vol de la lumière qui nous enveloppa un instant fit resurgir des souvenirs d’albatros…

Anachorète social, ermite cérébral, ascète vocal, le poète épie sans cesse la lumière. Patient, il guette l’étincelle sémantique qu’il offrira en présent à son prochain aveuglé par le monde.

A moins qu’il ne la conserve par devers lui, riche de cette pépite façonnée au temps qui passe…

28/11/2015

Senanques 7 (Copier)

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004