A vous qui ne m’avez guère épargné !

12 août 2019

Nuances, Poésies

(He deal !)

 

Bon et belle androgyne

au sexe volatile

selon les jours

vous me séduites

dès le premier regard

 

Dès lors j’allais en confiance

sur le flot de vos syllabes

au parfum de noisette

qui ne cachaient pourtant pas

leur intérêt pour mon matelas

 

Vous proposâtes derechef

des déplacements adroits

des placements experts

si bien que peu à peu

je perdis tous mes moyens

 

Pourtant Cupidon cupide

pour nos simples sorties

sou dessus sou dessous

vous aimiez tant que je porte

ma couche sur la poitrine

 

Et je dois avouer

qu’en promenade

vous aviez l’élégance

de ne pas reluquer

mes dessous sous la table

 

Mais zut

Que vous me déçûtes

quand pour un sucre d’orge

vous me refusâtes

l’euro qu’il me manquait

 

Et que vous suggérâtes

de me l’avancer

du bout des ongles

dans l’unique intérêt

d’y gagner vingt pour cent

 

Quel cuistre vous étiez

Je rangeais sans attendre

ces atours que vous convoitiez

autant que cette assise

que vous aimiez rembourrée

 

Il va sans dire

que nous ne signerons rien ensemble

que le temps ne créera pas d’usure

entre nous et que vos bourses

resteront de mes eaux taries

 

Adieu

Vous aviez

pourtant

de belles courbes

prometteuses…

03/04/2019

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004