Démesure

12 août 2019

Blue Gin, Poésies

Au-delà.

Il nous faut voyager au-delà.

Au-delà de ce mur qui s’affiche à ma peur

au-delà du chemin que je sais au dehors

au-delà de ce port qui se chauffe au matin.

Au-delà de la mer qui balance au néant

au-delà du couchant

qui absorbe la terre.

 

Au-delà.

Il nous faut grandir au-delà…

Au-delà du matin qui vieillit vers le soir

au-delà de l’instant qui vacille au futur

au-delà du passé qui renaît au présent.

Au-delà du sommeil qui torture la nuit

au-delà de l’oubli

que tisse le réveil.

 

Au-delà.

Il nous faut vivre au-delà…

Au-delà de ces hommes qu’on enchaîne au troupeau

au-delà de ces chiens qui aboient au voleur

au-delà de l’esprit qui conduit à la loi.

Au-delà de ces mots qu’on murmure le soir

au-delà de l’espoir

monté sur l’échafaud.

 

Au-delà.

Il nous faut aimer au-delà…

Au-delà de nos rires qui s’enfuient dans le noir

au-delà du pinceau sur le gris de la peine

au-delà de la haine qui sommeille au cerveau.

Au-delà de la guerre qui s’hydrate aux aveux

au-delà de ces yeux

qui surgissent au vert.

 

Au-delà.

Il nous faut créer au-delà…

Au-delà de la pluie sur le chêne trop vieux

au-delà de la buse sur la branche l’hiver

au-delà de l’Enfer dans les bras de la Muse.

Au-delà de la nuit qui rêve de nuances

au-delà de la danse

qui s’épuise à l’ennui.

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004