Basses Terres

14 août 2019

Blue Gin, Poésies

Sur l’horizon liquide

s’inclinent

quelques membres humides

 

Où est le fleuve ?

 

Où est la plaine ?

 

Quelques haies alentour

témoignent d’un essai de matérialité

Quelques arbres hautains

colportent des signaux tristes et maléfiques

 

Où est le fleuve ?

 

Où est le temps ?

 

Une brume tenace

se donne aux profondeurs et se damne aux promesses

Elle espère à l’automne

et ne laisse à l’hiver que des larmes solides

 

Où est le fleuve ?

 

Où est le sol ?

 

Des rives du printemps

résonnent mille trilles perçants

Des plis de la rivière

frissonnent des extases muettes

Des parfums de la terre

s’exhalent les passions enfantines

 

Il y a la terre !

 

Il y a l’eau !

 

Il y a des étés

qui s’enivrent à grand bruit

Sur la voie de l’automne

ils dansent à juillet

et content à septembre

le vol de l’éphémère

 

Il y a la vie !

 

Il y a la mort !

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004