Nuit de veille

14 août 2019

Emois, Poésies

Un rimeur rameur rétif à la rumeur rame, rit, ruse et recherche des rimes riches  en Russie.

 

Ses syllabes s’immiscent, s’allongent et susurrent de simples suggestions subites où surnagent des sucs savoureux.

 

Toutes de tentacules tenaces elles tambourinent aux tempes ténébreuses qui tentent de retenir des temps illusoires.

 

De vertueuses voyelles voyagent enfin et visitent des visions versatiles aux versants vaguement versifiés.

 

La nuit est d’encre.

 

Elle s’allonge avec vulgarité comme une péripatéticienne experte sur l’indifférence humaine. Elle vend au prix de l’or un plaisir éphémère que la verticalité du curseur vient effacer sans attendre. Il faut compter et compter encore, hésiter, ânonner, heurter jusqu’aux labiales qui se dessinent, timides, au fond de la gorge. Il faut tenter le hiatus, oser l’enjambement, pleurer la diérèse et revenir enfin à la syllabe simple sur le seuil sonore de la prosodie satisfaite.

 

Les heures deviennent abyssales.

 

Ailleurs, elles agitent des âmes amusées, absentes et absconses qui abattent les affres de l’âge.

 

Bêtement, elles battent de basses besognes bâtardes qui baillent des balbutiements bonasses.

 

Elles  consomment des consonnes qui cancanent et contiennent constantes des combinaisons cubistes et couardes.

 

Défilent dorénavant des diphtongues diaphanes dotées de doctes dédicaces douteuses qui fendent l’affolement franchouillard du fabuliste affable.

 

La nuit s’invente un tableau de Soulages.

 

 

Elle s’éclaire parfois de tonalités subtiles sur le surfil de l’accent. Elle rature les emphases rutilantes pour les rendre à la modestie subtile de l’instant. Elle s’enroule sur les scintillements sagaces de la mémoire. Elle s’amuse du sordide et s’assouplit les méninges dans un jeu de saute-mouton sur les synérèses inévitables et sur les calembours inéluctables. Elle rit de l’avenir qui se dessine soudain joyeux.

 

Les minutes s’installent d’autorité dans l’immédiat.

 

Goguenardes elles griment de grimaces des gammes engagées.

 

Hardies, elles heurtent des horloges honteuses d’être lasses.

 

Hystériques elles hissent ici les robes isabelle d’hirsutes effigies.

 

Joviales, elles jurent dans un juron des jeûnes ajournés.

 

Kafies de khat, elles kiffent un kir en kit kidnappé par une gomme kleptomane.

 

En larmes, elles limogent lentement de lancinantes litanies lithinées.

 

La nuit se frange de feulements fauves.

 

Offerte à la laitance de l’aube, elle file des phrases claires dans la douleur des omoplates. Elle surligne sans hâte les nuances matinales dans les arcanes incertaines de l’écriture. Elle pose une touche subtile et parme dans l’amertume de l’orange. Elle plante une ligne de vie sur l’horizon imprécis des brumes d’ailleurs. Elle dépose lentement les lignes du poème dans le tiroir sombre où le sommeil l’attend.

 

Harassé et heureux, le poète offre sa fatigue au levant.

17/08/2018

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004