Emoi de décembre

20 août 2019

Ephéméride, Poésies

Ciel bas cœur las

s’évade s’égare

là-bas

sur la toile opaque

où pleure l’horizon

absent

 

Ce halo matelot

qui vacille dans la nuit

c’est ton Aldebaran

ton Altaïr ton Saturne

évanoui dans les limbes

de l’aurore

 

Le regard hagard

du phare éveille

vers minuit

le Samain le bon père Nicolas

le bonhomme Cola ventru

à l’extrême

 

Merveilleux festoiements

où les yeux de l’enfant

pétillent s’écarquillent

m’attristent me désolent

comme minuit qui sonne

et oublie ses souvenirs

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004