Emoi d’octobre

20 août 2019

Ephéméride, Poésies

De fil en aiguille

Les nerfs en pelote

La fraîcheur des matins

Patiemment tricote

Des chandails aux cols verts

Colverts barbarie

Clapotent leurs ailes humides

Au-dessus de l’étang

 

Un frisson fendille l’échine

Qu’il traverse de sa lame acérée

Claudicante aux omoplates

Convexe au cortex qui se vexe

Au souvenir tangible

Et pourtant si lointain

Des nuits de canicule

Dans la moiteur des draps

 

Octobre à pas de louve

Feule les feuilles humides

Offertes à l’humus

Les premiers souffles de l’âge

Rident la face de l’étang

Abaissent les paupières solaires

Abandonnent les oreilles lunaires

Aux plaintes lancinantes de la bise

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004