Pointe de Spano

19 janvier 2021

Pérégriner, Poésies

Une vaste houle émeraude

aux récifs écrus et dentelés

offre ses cupules verticales

aux voraces vents vengeurs de l’hiver.

 

Tapis dans l’interstice ténu

tendu entre terre et ténèbres,

quelques terribles cris de granit

ardents, perçants, stridents et coupants

dressent leurs souvenirs décharnés

de nuits dramatiques et spectrales

dans les noirs cauchemars des vents du nord.

 

Myrtes aux arômes adolescents,

immortelles aux parfums adultes,

cistes aux sages effluves sveltes

ondulent jusqu’à boire la mer,

cheminent lentement sur les eaux,

balancent longtemps les épaules

jusqu’à se perdre dans l’horizon.

 

En haut, les yeux du village d’Occi

épient le large golfe de Calvi

d’où déborde la citadelle

fière et solide, bravant les desseins

d’éventuels assaillants obscurs,

et qui étire son ombre au couchant

sur la pointe de la Révellata.

 

A l’arrière, le soleil s’allonge,

étale de vastes voiles sombres

sur le paysage qui s’esquive

et meurt dans le chant secret du ressac.

 

Aregno – 28/12/2020

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004