Au centre commercial

16 février 2021

Pérégriner, Poésies

Une cataracte de cancers, polychromie prostrée sur des radeaux amarrés à une banquise anthracite, attend l’heure ravissante de la libération sur les flots salvateurs de la satiété.

 

A proximité, une vaste pustule pastel grouille de bacilles imbéciles, à roulettes, emportés par reptation de leurs semelles plombées, sur le magma visqueux de la digestion lente du désir feint.

 

De gauche à droite comme de bas en haut, géantes, surgissent les tentacules mesquines des sollicitations extrêmes de la profusion à petits prix, opiniâtres à proliférer du coup d’œil à la préhension, de l’idée au soulagement de l’appropriation.

 

Longtemps, épaule contre épaule, hésitation contre hésitation, la déambulation de centaines de gastéropodes hésitants progresse vers la pause bienfaitrice, libératrice des soupirs revigorants de l’œuvre accomplie.

 

Le sentiment de délivrance procuré par l’accomplissement du dessein à peine esquissé se matérialise dans les lignes sobres d’un rectangle succinct, à peine parallélépipédique, sur lequel se pianote un sésame qui explosera tout à l’heure dans la douceur de pénates ragaillardies, rajeunies et rafraîchies.

 

Plouhinec, 01/02/2021

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Xavierb44 |
Eliphas Levi |
Laplumequivole |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | A la croisée des humains
| Toutpoeme
| Bradeley2004